• 9

     

     

    ...tu marcheras sur les eaux ...

     

     

    8

     

    Quand dans le vide me jetterai       aurai-je les ailes de ces oiseaux

      

     

    8

     

      Marchant sur l'eau ?

     

    Un miroir dans une chambre      

     Tendait ses branches au coeur des feuilles    

     Et la lumière les abreuvait.

     

    Quand un oiseau confond l'image  

       Et le refuge  et la clarté

    C'est un pare-brise qui fend l'espace    

     Ecrasant de transparence

     

    C'est un doux bruit d'ombre qui passe    

    Jouant avec le vent sans trace

    Les ailes jointes vers la terre      

    Tombant soudain sur le plancher ...

     

    D'eau de la vie baignée    

    Traversée de lumière qui miroite et qui danse

    Confiance  au ciel qui se penche

    A peine effleure l'eau      et frissonne la terre

     

    Ecoute

     En profondeur  

     Chante un cristal vivant  

    Qui jaillira liquide comme chair sublimée

    En un brasier ardent que je ne sais nommer

     

     

    8

     

     

    C'est Cela           Le Jour UN         

     

    Comment te dire alors ce qui n'existe pas  ?  

    Tout étant disparu      ne peux te dire où c'est !

    N'est que dans le partage  qu'il n'est besoin de mots . . .

     

    Ne comprends-tu pourquoi je reste insatiable et demeure immobile ?

     

    Au dedans je te prie

     

    Et ce Désir immense bouscule toute raison     ignore tous tracés    ne connaît pas de bornes

    Ivresse de cette  Joie qui me coupe le souffle     car la retiens toujours

    Et là     ne bouge pas

     

    Un jour     tu viendras ?

    Une nuit ?

    Avant une autre vie ?

     

     

    8

     

     

    Depuis que te connais  

       Je veux dire toi     Unique    

    Que s'est-il passé que je ne peux traduire ?

     

    Au creux de la confiance traverserais les murs

    Puis toutes les étoiles             et puis les galaxies

    Ton corps né de ta main qui tient toujours la mienne .

     Cette joie imprégnée ruisselle de ciel en ciel  et fait rire le soleil

    de sa fraîcheur de source

    Qui fait pousser les fleurs

    Sur une terre en liesse

     

    C'est plus que cathédrale    

    la plus belle qui soit de tout le monde entier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      C'est un arbre splendide que n'imagines pas et qu'aucune tempête ne pourrait écrouler

    Ses racines traversent l'infinie profondeur

    Et puisent tant d'Amour      enfoui au coeur des coeurs

    Qu'éblouissant les hommes     elles leur donnent le jour

     

    C'est un vin délicieux que partage avec toi

    Un sang si joyeux

    de communier                   en toi        tout l'Espace s'ensilence

     

     

    En toi   tout l'Espace s'ensilence

     

     

     

                                                                                                                                                       ( livret 1 : pages 112, 113, 114, 115 )

     

     

     

     

           

     

    « 810 »