• 17

    C'est un miroir sans tain et personne ne le sait .

    Que veut-il donc atteindre   que jamais il n'atteint ?

    Où donc est le chemin

    Pour qu'il soit délivré de ces liens invisibles qui font tout virtuel

    Où tout geste en ce monde n'est qu'ombre de lui-même

    Né au fond des abysses dans le bleu noir des ondes

    Inaccessibles mers ...

     

    Quel est celui qui marche sur la terre d'ici  

     Si lui-même n'existe ?

     

    Tout n'est-il qu'apparence ?

    Ombres passantes vues d'un fond de caverne  

    Univers confondus ?

     

    Comment délivre t-on celui qui ne sait pas

    Que né d'un sortilège  est là   sans être là ?

    Par mégarde   un jour  qu'a-t-il donc touché

    Qui l'a fait disparaître croyant venir au monde ?

     

    De lui Douceur extrême

     

    Etait-ce le silence précédent la tempête

    Cataclysme soudain envahissant l'espace

     

     

    15

     

     

    Déferlement sans bords qui tout a submergé

     

    15

     

    Envers de la douceur   forcené délivré

    Saisi par l'hors de soi d'une insondable Ivresse ?

     

    En cet inextricable   pourtant comme une horloge

    Dont l'ordre nous échappe   tant il est minutieux

    En son Immensité    partout indéchirable    partout inséparable

     Tissant tout l'Univers ...

     

         Comment dire qui fait quoi     quand personne ne fait rien

    Juste ce que l'on croit

    Sans connaître ce qui Est

     

    N'être qu'agenouillée et prier à ses pieds

    Pour qu'il soit délivré et devienne vivant

    Puisse s'agenouiller  

    bouleversé             par la Joie . . .